Département : Finistère
Commune de Penmarch

Distance : 22 km
Temps : 6 heures

Du camping de la Joie où nous avons planté notre tente pour un week-end randonnée entre la pointe de Penmarch et la rivière Odet, nous rejoignons le GR 34 qui longe la côte bigoudène. Quelques kilomètres plus à l’ouest, le port de Saint Guénolé accueille quelques chalutiers et bolincheurs. La vedette de la SNSM vient de renter au port, quelques marins pêcheurs s’activent autour de leur bateau. Ce port est réputé pour ces arrivages de langoustines et de sardines. Après avoir contourné la criée et les entreprises de mareyage, nous croisons une marée de randonneurs. Puis nous traversons la longue plage de Pors Carn où, dans quelques vagues, plusieurs surfeurs s’adonnent à leur fiévreuse passion. Au bout de la plage, la pointe de la torche abrite une allée couverte, qui , du peu qu’il en reste, est passée totalement inaperçue aux yeux de nos deux randonneuses. Sur la plage de Tronoan, les rouleaux attirent une frénésie de planches sur lesquelles chaque aquaplanchiste essaye de profiter de la formidable force de la houle pour exécuter des figures de style.

Nous quittons le GR34 pour nous enfoncer dans la campagne environnante en direction de la chapelle Sainte Madeleine. Nous posons nos sacs, dans cet endroit idyllique, pour nous restaurer. Le lavoir est alimenté par une importante source qui débouche à l'ouest de l'édifice par une fontaine, la célèbre feunteun Sant Pustach (fontaine Saint-Pustache), réputée guérir les enfants souffrant de pustules. La chapelle a été construite du XIIè au XIVè sur le site d'une ancienne léproserie, elle a été d'abord placée sous le vocable de saint Étienne, avant d'être dédiée à sainte Marie-Madeleine à l'occasion de son agrandissement au XVIe siècle.
31052014-DSC0361531052014-DSC03627
Chalutiers à quai dans le port de Saint Guénolé                                       Chapelle Sainte Madeleine

Le sentier de petite randonnée nous fait traverser les marais de Lescors. De multiples canaux s’entrecroisent. Un couple de cygnes exerce une surveillance renforcée sur cinq oisillons.

Nous rejoignons une piste cyclable en direction du port de Kérity. Il accueille exclusivement les bateaux de plaisance.

Le phare d’Eckmülh, situé sur la pointe de Saint-Pierre, apparaît majestueux. Il mesure plus de 60 mètres de haut. Il a été inauguré le 17 octobre 1897. Sa construction a été rendu possible par un leg de 300 000 francs de la marquise Adélaïde-Louise d'Eckmühl de Blocqueville . Ses murs sont entièrement bâtis en granite de Kersanton et la paroi interne de sa cage d'escaliers est recouverte de plaques d'opaline.

Après avoir gravi péniblement les quelques 307 marches, nous débouchons dans l’embrasure d’une porte qui donne d’un côté accès à la salle d’honneur, de l’autre à un balcon qui permet de contempler la côte bigoudène sur 360°.

Une fois redescendus, après un bon bol d’air en haut du phare, nous terminons notre boucle au pied de la chapelle Notre Dame de la Joie. Elle est située en front de mer. Elle est dédiée à la Vierge. Les marins venaient la remercier de les avoir sauvés de la tempête.
Penmarch
Carte IGN express 1/25000ème Trace Géolives sur Quechuaphone 5

Département : Finistère
Commune : Combrit-Ile Tudy

Distance : 22 km
Temps : 6 heures

Du parking central de la la commune de Combrit, nous dévalons le sentier du bois de Roscouré pour aboutir à l’anse de Retuel. L'église Saint-Tugdual de Combrit fut en Pays Bigouden le point de départ de la Révolte des Bonnets rouges le 23 juin 1675. Son église fut alors découronnée et ne retrouva son clocher qu'un siècle plus tard.
La marée basse laisse à découvert une vasière. Le chemin forestier longe un bras de mer qui rejoint l’Odet. Sous le couvert des arbres, nous découvrons ce fleuve maritime où de nombreux voiliers ont trouvé un havre de tranquillité.

Nous passons sous le pont de Cornouaille en suivant le trait de côte au plus près. Sur l’autre rive, la station balnéaire de Bénodet étale ses plages de sable fin et ses installations touristiques. Puis nous débouchons dans le hameau de Sainte Marine. Lieu de villégiature où se sont édifiées de magnifiques villas au début du XXème siècle, les pieds dans l’eau, le long de l’estuaire. L’ancien petit port de pêche, notamment aux crustacés (homards des Glénans), a fait place à un port de plaisance et d’excursion. Le premier abri des marins fut ouvert à Sainte Marine par Jacques de Thézac le 1er janvier 1904 pour lutter contre la misère et l’alcoolisme liés à la crise de la pêche.

A la pointe de Combrit, se dresse le phare de Sainte Marine, construit en 1885, qui permet de baliser l’entrée de la ria.

Un long cordon de sable nous emmène jusqu’à l’Ile Tudy. Cette île a été reliée à sa commune voisine par la création de la digue de Kermor et la poldérisation de 280 ha en retrait du cordon dunaire. Nous contournons le petit bourg, nous remontons la rivière de Pont l’Abbé, puis l’anse du Pouldon.
01062014-DSC0366401062014-DSC03681
Vue du bois de Roscouré sur l'Odet                                                         Pointe de l'Ile Tudy

Nous quittons le GR pour emprunter le petit sentier de randonnée qui contourne le terrain de football et nous entraîne vers la ferme de Roscanvel qui présente l’histoire de la paysannerie bigoudène.

Faute de pouvoir pénétrer dans le domaine du Cosquer, nous sommes obligés de longer sur cinq cent mètres, la départementale 44 pour rejoindre le bourg de Combrit.
Combrit
Carte IGN express 1/25000ème Tracé Géolives sur Quechuaphone 5