Samedi 3 octobre 2015

Départ : Parking de la Baie des Trépassés - Plogoff - Finistère
Longueur : 17 km
Temps : 5h30

Du parking bordant la plage de la baie des Trépassés, nous prenons le chemin qui remonte vers le village de Lescoff. Nos pas nous mènent, par les ruelles du village, vers la Chapelle Saint Michel. La porte est grande ouverte, les dalles de granit viennent d’être fraîchement lavées pour le pardon qui aura lieu le lendemain. Cette petite bâtisse du XVI ème renferme de beaux vitraux et des statues en bois polychrome de Saint Michel, Sainte Barbe, Saint Jacques de Compostelle et Saint Cleden.
03102015 DSC0583003102015 DSC05838
Port de Bestrées                                                                                  Baie des Trépassés

Un ex-voto d’un trois mâts barque trône auprès de l’hôtel. A la sortie de l’enclos paroissial, un petit chemin herbeux nous dirige vers la côte. En voulant prendre un chemin de traverse, nous nous retrouvons dans un passage envahi par les fougères et les ronces. Nous pataugeons dans un petit ru qui poursuit son parcours dans la sente. Il faut savoir reconnaître son erreur et faire demi-tour avant d’être dans une impasse agressive et spongieuse. Nous récupérons le balisage jaune qui nous amène sur le sentier côtier.
Nous longeons les falaises, couvertes de fougères dorées et de bruyères fleuries.
Le temps est laiteux. Une brume nous empêche de distinguer l’île de Sein. Seul le phare de La Vieille émerge à quelques encablures de la côte, sur une mer plate, juste agitée par les courants de marée. Nous rejoignons la baie des Trépassés où les surfeurs attendent des rouleaux qui ne viennent pas. Nous filons en direction de la pointe du Van, par le GR34. Dans son cadre majestueux, dominant le raz de Sein, la chapelle Saint They se dresse fièrement, dans son enclos de pierres. La pointe du Van marque l’entrée de la baie de Douarnenez. Au village de Kériolet, nous quittons les falaises rocheuses pour revenir par les petits villages de l’intérieur.
Raz
Carte IGN scanexpress 1/25000ème- Trace Sitytrail sur Quechuaphone

Dimanche 4 octobre 2015

Départ : Parking de Porz Loédec - Cléden-Cap-Sizun - Finistère
Longueur : 21km
Temps : 6h

Après une nuit passée au gîte d’étape communal de Beuzec-Cap-Sizun, dans un dortoir pour cinq personnes, nous filons vers Audierne pour notre ravitaillement en pain car les boulangeries ou dépôts de pain des communes environnantes sont tous fermés.
La veille au soir, nous avons retrouvé, à Audierne, notre petite crêperie « Les crêpes d’Or » au rapport qualité-prix imbattable. En ce premier mois d’octobre, elle restait la seule ouverte, dans ce port finistérien.
Nous stationnons notre véhicule à Porz Loédec. Quelques places de parking, au pied de la falaise et du sentier côtier, permettent d’accueillir cinq ou six véhicules. En arrière saison, la place ne manque pas.
Nous surplombons une mer très peu agitée. Météo-France a prévu de la pluie et du vent pour 14 heures. Nous profitons de l’accalmie matinale pour effectuer la plus grande boucle. Cà monte et çà descend sans arrêt. Nous voyons en point de mire la pointe de Kerharno, puis la pointe de Kerbellec. Les versants des falaises sont recouverts de fougères aux couleurs d’automne. Le retour s’effectue par un large chemin d’exploitation qui domine la côte. Le vent s’est levé et souffle en rafales. Nous trouvons un endroit abrité sur la pointe de Penharn pour déballer notre pique-nique.
04102015 DSC0585804102015 DSC05861
Porz Loédec                                                                                         Pointe de Kerharno

Nous repassons à Porz Loédec. Nous allégeons les sacs et repartons en direction de la réserve naturelle de Goulien-Cap-Sizun. Persuadé d’être sur un PR de pays, je suis aveuglément le balisage jaune jusqu’au moment où, approchant du parc éolien, je découvre sur mon gps, l’ampleur de la dérive : trois kilomètres d’errance sous une pluie battante. Nous voulions tester nos vêtements de pluie en conditions réelles. A l’arrivée à la voiture, seuls ma veste et mon pantalon ont été capables de résister à la pénétration de l’eau. Du slip mouillé à la chemisette trempée, le gradient d’humidité varie d’une personne à l’autre.
Nous nous changeons tant bien que mal sous le hayon, à l’abri des bourrasques.
Malgré cette météo capricieuse, la côte bigoudène reste d’une beauté rare.
Penharn
Carte IGN Scanexpress 1/25000ème - Trace Sitytrail sur Quechuaphone