Imprimer

Lundi

Département du Finistère
Communes de Quimper, Combrit-Sainte Marine

Distance : 16km
Dénivelé : 183 mètres

En longeant les bords de l’Odet, nous parvenons sur la place Saint Corentin, face à la Cathédrale de Quimper. L’exposition « Les derniers impressionnistes, le temps de l’intimité » est partagée entre le musée des beaux-arts et le musée départemental breton, tous deux situés de part et d’autre de l’édifice religieux. Au musée des Beaux-Arts, elle célèbre la société nouvelle des Peintres et des Sculpteurs de la fin du XIXéme siècle au début du XXéme siècle en exposant des tableaux présentant des paysages urbains et champêtres et des portraits. Dans le second, elle s’attarde sur les plaisirs balnéaires et la mer sauvage en Bretagne.
La multiplicité des peintres exposés et le partage de l’exposition sur deux lieux différents ont été des facteurs qui n’ont pas facilité la compréhension de ce courant artistique.
Après cette page culturelle, nous quittons Quimper pour l’estuaire de l’Odet, sur la commune de Combrit. Notre balade commence au cimetière, traverse une partie du bois de Roscouré et rejoint le GR 34 au fond de l’anse de Reluet. L’allée boisée longe le bord de côte, rejoint l’anse de Combrit et s’ouvre sur le fleuve maritime l’Odet. De nombreux bateaux sont au mouillage, en toute sécurité, à l’abri de la houle et des coups de vent. N’oublions pas que nous sommes dans le Finistère, nous parvenons difficilement à terminer notre pique-nique sans subir un ondée courte, mais généreuse. Le vent est orienté au nord, et une fois le pont de Cornouaille franchi, le bruit des véhicules à moteur envahit l’atmosphère. Nous parvenons au village et au petit port de Sainte Marine qui fait face à la super station balnéaire de Bénodet. Nous restons sur le bord intimiste de la riviera bretonne.
26082019 DSC0000126082019 DSC00008
Allée du bois de Roscouré au bord de l'Odet                                    Petit port de Combrit - Sainte Marine

Martine n’hésite pas à se jeter dans une eau glaciale. Pour ma part, je me contente d’y faire tremper les pieds. Des chemins, en bordure du polder, contournent la zone urbanisée et rejoignent le sentier côtier en amont du port. Nous refaisons le chemin en sens inverse jusqu’à une bonne grimpette à travers bois pour retrouver le chemin forestier en direction du cimetière.
Nous quittons le pays bigouden pour rejoindre notre chambre d’hôtes à Névez, au bord de l’Aven. En désaccord avec le GPS, nous trouvons plus malin de prendre les routes côtières qui traversent bourgs et villages sans discontinuité.
La chambre d’hôtes se situe dans un petit hameau Kéranglaz, à proximité de Port Manech. Sur les conseils avisés de notre hôtesse, nous dînons à la pointe de Trévignon, face aux îles des Glénans. Le soleil illumine de tous ses feux le petit port de pêche, à l’abri de la jetée.
Combrit19
Carte IGN Scan normal -Tracé Sitytrail sur Androïd


Mardi

Département du Finistère
Communes de Névez, Pont-Aven

Distance : 17km
Dénivelé : 187 mètres

A pied, de la chambre d’hôtes, nous rejoignons le sentier des douaniers, situé à 500 mètres. Nous prenons la direction de Port Manech, en passant sous le doigt de Dieu, nom donné à une roche qui domine la falaise. Le sentier est escarpé. Le port et la plage aux cabines de bain blanches sont, encore, endormis. Quelques passants, la baguette sous le bras, vont rejoindre leur lieu de villégiature pour savourer un petit déjeuner à un horaire d’aoûtiens.
Notre pain dans le sac, nous retournons sur le GR 34, en direction de Raguédès. Nous prenons un grand plaisir à randonner sur cette côte granitique, malgré l’absence de houle qui viendrait se fracasser sur les rochers. Il faut l’imaginer un jour de tempête. Mais Martine savoure la possibilité de nager à Tahiti beach. Cependant la température de l’eau n’y est pas. Je renonce une nouvelle fois à faire trempette.
27082019 DSC00005 27082019 DSC00008 27082019 DSC00016

Un brin de toilette avant de nous mettre en route pour Pont Aven. Dans la cité des peintres, nous succombons à notre rituel du Kouign Amann, en breton « pain doux et beurre », surtout du beurre salé. Cette petite douceur avalée, nous filons au musée pour l’exposition temporaire « l’impressionnisme selon Pont Aven ». Elle met en lumière des artistes qui ont prolongé leur séjour en Bretagne sur les traces de Monnet ou de Gauguin. Nous savourons les œuvres des peintres exposés et la présentation muséographique.
Nous terminons la soirée par une balade dans le bois d’Amour, tant peint et encensé par les impressionnistes, mais totalement délaissé. La présence d’anciennes usines sur la rive droite n’incite pas au romantisme.
A quelques kilomètres de Pont-Aven se niche, au cœur du bourg de Nizon, un petit restaurant « Ty an Heol » dont la philosophie est de produire des plats-maison à base de produits locaux et de qualité. Au pied de l’église, nous savourons, sur la terrasse extérieure, un bon moment culinaire.
Rospico
Carte IGN Scan normal - Tracé Sitytrail sur Androïd


Mercredi

Département du Morbihan
Commune du Faouët

Distance : 13km
Dénivelé : 236 mètres

Pour continuer notre périple Rando-Musée, nous mettons le cap vers Le Faouët, au cœur du Pays du Roi Morvan. Célèbre pour ses halles du XVIéme siècle, Le Faouët possède un musée installé dans l’ancien couvent des Ursulines. Cette année, le thème retenu « entre terre et mer » est consacré aux peintres du XIXéme et XXéme qui ont mis en valeur des scènes marines ou champêtres entre Le Faouët et Concarneau. La muséographie est soignée, le livret de présentation reprend les explications détaillées des différentes collections exposées.
Depuis les halles, nous nous reprenons à plusieurs fois avant de trouver la bonne direction pour débuter le tour des Chapelles. Le balisage laisse à désirer et notre sens de l’orientation semble perturbé. Saint Fiacre est la première chapelle rencontrée sur notre boucle. Nous attendons, sous un soleil généreux, au pied d’un four à pain en pierres, 14 heures pour voir les portes de la chapelle s’ouvrir au public. Construite vers 1450, elle présente un jubé exceptionnel en bois polychrome. Côté nef, il illustre la tentation d’Adam et Eve et la passion du Christ. Côté chœur, les sept péchés capitaux.
28082019 DSC00007 28082019 DSC00009 28082019 DSC00019 28082019 DSC00023

A 500 mètres de là, la fontaine Saint fiacre apparaît dans le contrebas d’une clairière. Son eau était réputée pour soigner les maladies de la peau. Après avoir traversé, en souterrain, la route départementale, nous longeons l’Ellé, rivière de première catégorie, qui abrite truite et saumon. Le ballet des libellules bleues et fauves nous fascinent. Virevoltant au-dessus des eaux, elles se posent sur les feuilles pour s’accoupler. Le balisage faisant défaut, nous longeons la RD 769 sur un demi-kilomètre avec les nuisances associées avant de retrouver par un sentier pas entretenu - et pour cause - les rives de l’Ellé. Il aurait fallu bifurquer juste après la route communale de Stéroulin, nous épargnant ainsi déchetterie et zone artisanale. Nous entrons dans le bois de Sainte Barbe où sont implantées la chapelle et sa fontaine. Construite dans un endroit improbable, la chapelle est accessible par de monumentaux escaliers de pierres. Le lieu ne laisse pas indifférent par son implantation à mi-pente de la vallée de l’Ellé. Nous rejoignons la place centrale du Faouët par un ancien chemin pavé de pierres. Cette boucle qui permet d’admirer un patrimoine religieux intéressant mériterait d’être mise en valeur, par un balisage visible et cohérent et des panneaux explicatifs à l’approche des sites remarquables.
LeFaouet
Carte IGN Scan normal -Tracé Sitytrail sur Androïd