Une brève accalmie dans le temps maussade de ce mois de janvier nous procure l'opportunité d'enfiler nos chaussures de marche.
A la cale de Porsmoric sur la Laïta, nous empruntons le sentier du littoral, en direction du port du Bas Pouldu. Nos semelles crantées foulent les feuilles mortes qui se sont détachées des arbres bordant la rive fluvio-maritime. La marée descendante découvre les vasières et les bancs de sable. Le fort courant de la rivière serpente, se divise et rejoint les vagues écumeuses de l'océan. Le sentier surplombe les falaises rocheuses où viennent se fracasser les rouleaux formés au large par une dépression atlantique. Après deux heures et demi de marche sur un chemin boueux et parfois glissant, nous arrivons dans le petit hâvre de Doëlan.

fix 20160124142330
Phare du port de Doëlan

Pas de chance, l'unique café de la rive gauche est fermé. Nous repartons en sens inverse, sous un soleil généreux. Entre temps, la marée s'est inversée, les vagues viennent se fracasser avec plus de force et de brutalité, produisant des gerbes d'eau dont les fines particules d'eau nébulisées viennent se déposer sur nos visages.
Le paysage a totalement changé. Les rochers où nous avions déjeuné sont recouverts d'eau, les bancs de sable ont disparu et la rivière s'étale d'une rive à l'autre, entre Finistère et Morbihan. Quelques surfeurs profitent des vagues qui les ramènent inéluctablement sur le sable de la plage.

Thumbnail image Thumbnail image Thumbnail image Thumbnail image

En ce dimanche après-midi, les toutous sont de sortie. Qui des deux, le chien ou le maître entraîne l'autre dans une balade dominicale ?

Nous n'avons pas besoin de ce subterfuge pour venir parcourir ce GR 34. La beauté du site, le plaisir d'être entre amis, le bonheur de la découverte suffisent pour nous inciter à sortir de notre nid douillet.

Doelan
Carte IGN scan standard Géolives -Trace Quechuaphone 5