Dimanche 11 février 2018

Département : Morbihan
Commune : Sarzeau
Longueur : 22,5 km ; Dénivelé : ± 50m

Par un beau dimanche de février, nous quittons notre nid douillet pour parcourir le chemin des huîtres sur la commune de Sarzeau.

Au lieu-dit Kerbodec, nous laissons notre véhicule à l’entrée du hameau puis nous entamons notre randonnée par une large allée arborée de vieux chênes tout dégarnis. Au loin, nous distinguons les marais salants de Truscat qui viennent d’être remis en état et qui fourniront en 2018 leur deuxième récolte de sel.
Nous longeons les grilles majestueuses du château de Truscat, bâti en 1702 pour la famille de Francheville. Afin de profiter de la marée haute au retour, nous bifurquons sur la petite route bitumée en direction de Fournevay. Les chemins ruraux nous permettent de découvrir une campagne bocagère où dominent les prairies. A la sortie du village, nous retrouvons le rivage, la mer s’est retirée, laissant un estran vaseux, où les petits limicoles s’en donnent à cœur joie pour trouver leur nourriture. Le sentier côtier longe les rives de la presqu’île de Brillac.
11022018 DSC0148711022018 DSC01500                                              

A la pointe de Bernon, la vue sur les îles du Golfe (Iluric, Ilur, Ile d’Arz) est remarquable. En cette journée hivernale et dominicale, aucune présence humaine n’est visible sur l’eau salée. Les petits coefficients de marée ne permettent pas aux conchyliculteurs de travailler sur leurs parcs.
Le vent de noroît s’est renforcé. Le bonnet et les gants sont mis à contribution pour se protéger de ce zéphyr cinglant. A la pointe de l’Ours, quelques régatiers profitent des rafales soutenues pour longer les côtes de l’île aux Moines. De gros bosquets de mimosas en fleurs embaument l’air d’une fragrance sucrée et gourmande. Nous trouvons un petit recoin abrité pour pique-niquer, à l’aplomb d’un chantier ostréicole. Pendant que nous dégustons une soupe de légumes bien chaude, les oiseaux marins se donnent en spectacle. Les bernaches cravants se déplacent en groupe à la surface de l’eau ; les aigrettes viennent se poser sur les rochers ; les goélands se laissent porter par les courants. Nous ne nous éternisons pas. Nous reprenons le sentier en direction de Brillac. Au bout d’un quart d’heure de marche, Martine s’aperçoit qu’elle a oublié ses bâtons de marche sur la grève. Pour éviter un long demi-tour, nous viendrons les récupérer en voiture. Le peu de randonneurs que nous croisons nous laisse penser que le risque de ne pas les retrouver est mince.
11022018 DSC01493 11022018 DSC01488 11022018 DSC01503 11022018 DSC01502 11022018 DSC01489
A Brillac, nous retournons sur nos pas avant de bifurquer sur le sentier côtier de la presqu’île de Bernon. La mer a recouvert l’estran. La multitude de chantiers ostréicoles ne permet pas, pour des raisons sanitaires, de poursuivre vers la pointe du Ruaud. Nous traversons le hameau, puis nous empruntons des chemins totalement recouverts d’eau. Nous passons sur les talus afin d’éviter une trempette, chose qui ne sera pas aisée pour tout le monde. Après trois cent mètres de marche semi-aquatique, le sentier retrouve le bord de la côte. Nous marchons jusqu’à la pointe de Bénance, avec pour point de mire la maison rose de l’île aux œufs.
Nous longeons les murs d’enceinte du château du Néret, bâti au XIXéme siècle. Puis, entrecoupés par un chemin qui mène sur les rives du Golfe, les murs de pierre du château de Truscat prennent la suite. Pour éviter les parties humides du sous-bois, un platelage de bois surélevé a été récemment mis en place pour permette un franchissement à pied sec. Nous retrouvons les grilles du château de Truscat et le chemin de retour vers le parking.

Sarzeau
Carte IGN scan 1/25000éme - Trace Sitytrail sur smartphone androïd